l'encre coule dans le sang du Rappeur Bordelais

carnet

Lecteur du titre en téléchargement grauit


Chronique : No Country for Old Men (Les frères Coen, 2007)

1 décembre 2014 21:43

Il y a des films qui s’oublient, et ceux qui résonnent. Celui-ci ne vous laisse pas le choix.

Armé d’une symbolique très forte, « No Country for Old Men » marque le retour en grâce des frères Coen. L’opposition entre le bien et le mal y est évidente, ici l’irrésistible tentation de l’argent met en exergue l’incommensurable noirceur et l’oubli de soi dont l’Homme peut faire preuve dans le but inconscient d’ y succomber. Belle métaphore du quotidien.

Javier Bardem y est d’une froideur terrifiante et diabolique, tandis que Tomee Lee Jones y incarne un vieux shérif, désabusé par un monde de plus en plus cupide, où l’on y meurt jeune, et pas de mort naturelle.

Un Road black movie, un Western du troisième millénaire, naturellement ancré dans son époque, qui nous emmène dans une poursuite effrénée après « Llewelyn Moss » alias Josh Brolin à travers le Texas des années 80. La mise en scène est magistrale, au service de personnages consistants, chacun d’entre eux sublimé par la quasi totale absence de musique et une somptueuse photographie. Un film inquiétant, lourd, mais profondément humain.

Un chef d’oeuvre force le silence. Les secondes qui suivent ce film ne dérogent pas à la règle.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>